QU'EST CE QUE
LE PROJET FLORIAN ?

Le PROJET multipartenarial « TRIESTE » porté par la société Lannemezan Bois Énergie en partenariat avec la Communauté de Communes du Plateau de Lannemezan (CCPL) vise l’installation d’une scierie industrielle à Lannemezan couplée à une unité de cogénération bois. L’implantation se ferait avec le groupe italien Florian, un industriel du bois.

 

Le collectif « Touche Pas à Ma Forêt » s’est constitué en février 2020, en opposition à ce projet.

 

Florian possède actuellement 17 scieries réparties en Europe. Ce groupe commercialise des produits finis ou semi-finis en chênes et hêtres. Il souhaite poursuivre son expansion en venant utiliser le hêtre de l’ensemble du massif Pyrénéen.

Cet industriel s’installe à condition que les porteurs de projet et leurs partenaires s’engagent à l’approvisionner de 50 000 m³/an de bois d’œuvre de hêtre de bonne à très bonne qualité sur une durée de 10 à 15 ans (source : Commission Économique de la CCPL, 13/12/2019.) 

Pour fournir ce volume, il faudrait couper un volume total de 400 000 à 540 000 m³/an de bois sur pied toutes qualités confondues (il faut savoir que pour 1m³ de bois de bonne qualité à l’entrée de la scierie c’est entre 7 et 11 m³ coupés en forêt). 

1/1

Cela représente plus du triple de l’exploitation forestière actuelle en hêtre sur la région Occitanie.

 

Les 2/3 des prélèvements proviendraient des forêts publiques, essentiellement des forêts communales. L’exploitation de ce bois signifiera aussi 10 000 camions grumiers supplémentaires par an sur les routes des vallées. 

LA RECHERCHE DU DÉVELOPPEMENT DE L'EXPLOITATION FORESTIÈRE

En 2014, le Pays des Nestes crée une « charte forestière de territoire ». Sa vocation générale étant de mettre en route une 
« stratégie visant la gestion durable et multifonctionnelle des forêts à l’échelle du territoire » (source : Pays des Nestes). Son objectif est donc de construire un projet collectif autour de la forêt et du bois qui y sont identifiés comme leviers de développement local. 

 

Si elle aborde la « dynamisation de la gestion des zones boisées » ainsi que de la « promotion de nouveaux débouchés », il est donc également question de la gestion de biodiversité et de valorisation du patrimoine environnemental… Ce n’est pas un outil réglementaire et il n’a pas de valeur juridique.  

 

 

En 2017, pour le projet « E-Forêt » est mené un travail d’ingénierie et de collecte de données sur les ressources en bois. L’objectif de ce projet porté par la Communauté de communes Neste-Barousse (CCNB), est de développer les filières bois à l’aide de technologies innovantes afin d’en faciliter l’exploitation. L’idée était, une fois cet outil en place et les volumes identifiés, de lancer un appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour attirer un industriel sur le plateau de Lannemezan. 

 

 

En septembre 2018, est créée l’association Bois d’Occitanie dont l’objectif est d’initier des projets industriels. Elle est présidée par Mr Bernard Plano, également maire de Lannemezan et président de la CCPL et d’Energies Services Lannemezan – société d’économie mixte actionnaire de Lannemezan Bois Energie)

 

 

En 2019, trois études sur la ressource disponible ont été réalisées (2 financées par l’Etat, 1 financées par le Conseil Régional).

- une étude ONF sur les forêts communales (évaluation qualitative et quantitative de la ressource en hêtre en forêt publique), 

- une autre de l’union Grand-Sud des Communes forestières (UGS Cofor) sur ces mêmes forêts communales (disponibilité et mise en marché de la ressource en hêtre) ;

- une troisième de l’IGN portant sur tout le massif forestier (ressource en hêtre mobilisable à l’échelle de la Région). 

 

L’étude ONF pointe qu’en forêt communale, si 45 000 m³ de bois d’œuvre sont disponibles, seuls 20 000 m³ sont effectivement mobilisables, le reste nécessitant des moyens techniques très coûteux pour les collectivités (création de routes et pistes forestières, exploitation par câble aérien). Les deux autres études (UGS-Cofor et IGFN) souffrent de questions de méthodologies macroscopiques (utilisation de table de production théorique, simulation par modélisation statistique, simulation sur des systèmes géographiques non vérifiés). 

 

En octobre 2019, Fibois Occitanie (association qui regroupe l’ensemble des professionnels de la filière forêt bois de la  région) organise la deuxième édition des Assises de la filière forêt-bois d’Occitanie. 

 

Le 16 décembre 2019, la Région Occitanie et d’autres partenaires (ADEME, ONF, Ville de Lannemezan…)  s’engagent dans un projet industriel visant une forte augmentation de l’exploitation forestière par la signature de la Charte « des acteurs de la filière forêt-bois en faveur de l’implantation d’une scierie de hêtre dans le massif des Pyrénées ».

 

En décembre 2019, Bernard Plano présente à la commission économique du Conseil Communautaire, le projet d’installation d’une scierie sur Lannemezan et le développement de la filière Bois, sans aucune concertation ni débat avec les élus. La fabrication de la première planche est pressentie pour 2022.

 

En 2020, un quatrième volet d’étude (études préalables à la faisabilité du projet) est actuellement réalisé par la société Lannemezan Bois Energie. Il porte notamment sur le développement de la formation de bûcherons et de débardeurs ; sur le programme d’exploitation des 5 prochaines années à venir (approvisionnement de la scierie) ; l’approvisionnement de l’usine de cogénération, etc. Son coût, estimé à 175 000€ est pris en charge par l’Etat à hauteur de 75 000 € et 65 000€ par la région (soit un total de 80 % de subventions).

© 2021 TOUCHE PAS A MA FORÊT


Mentions légales